Budget 2018 en boni : de l’audace, de l’optimisme et de la prudence

Après une période de difficultés financières, la Commune d’Engis présente un budget 2018 en boni. De quoi voir l’avenir avec optimisme, en concrétisant notamment la réalisation d’un espace partagé à Clermont et la réfection de plusieurs voiries.


Le Conseil communal d’Engis a approuvé le budget 2018 de la Commune le 19 décembre 2017. Un budget décrit comme « audacieux, optimiste et prudent », qui se présente avec un boni de 204.218 euros à l’exercice propre, portant le boni global à 333.738, 57 euros. De quoi rendre le sourire aux conseillers communaux après quelques sombres années…

« Les coups durs semblent derrière nous », constate Serge Manzato, Bourgmestre d’Engis, qui rappelle les importants dégrèvements subis par la Commune ces dernières années. Des exonérations fiscales dont ont bénéficié plusieurs entreprises implantées sur le territoire et qui ont plongé l’Administration dans les difficultés financières. « Nous avons dû solliciter une aide extraordinaire et une mise sous plan de gestion de la Commune », rappelle le mayeur.

Après plusieurs mois de travail, la mise en œuvre de mesures de gestion a permis de dégager un boni. Des choix ont dû être posés. Serge Manzato souligne que la demande initiale du CRAC (Centre Régional d’Aide aux Communes) était de voir les additionnels communaux au précompte immobilier augmentés. Au terme des négociations avec le CRAC, « nous avons obtenu de pouvoir maintenir les additionnels à leur niveau en échange d’une diminution des chèques-repas pour le personnel communal de 6 € actuellement à 4,50 € pour l’année 2018. Néanmoins, la rationalisation de toute une série de dépenses me permettra in fine, de pouvoir annoncer ce vendredi au personnel un ensemble de bonnes nouvelles, notamment en ce qui concerne les réductions attendues en matière de chèques-repas, moins importantes que prévu!  »

Optimiste est donc le maître-mot de ce budget, notamment du point de vue des enrôlements et dégrèvements au précompte immobilier.

Des projets et des provisions

Si ce budget se veut également audacieux, c’est par les projets qui seront mis en œuvre au cours de l’année 2018. Le principal : la création d’un espace partagé à Clermont, qui s’inscrit dans le cadre du Plan Communal de Développement Rural (PCDR). Sa réalisation s’élève à 1.205.479,37€, dont 677.782,75€ proviennent de subsides.

Ce projet remplira plusieurs objectifs :

  • devenir un centre de la vie locale ainsi qu’un lieu de convivialité et de détente avec des aménagements publics : bancs, éclairages, lieu de promenade, aire de jeux pour les enfants,…
  • servir de lieu d’accueil des jeunes incluant une zone où les jeunes peuvent se réunir tout en permettant d’autres fonctions : kiosque, un car-port,…
  • développer une zone sécurisée pour la mobilité douce en lien avec les espaces publics présents
  • développer une zone nature composée d’aménagements d’espaces verts qui favoriseront la biodiversité.

 

Concrètement, le projet incluera donc :

  • l’aménagement d’un espace public polyvalent pouvant servir aux différentes activités de la vie locale
  • l’aménagement d’un préau couvrant l’espace public et la cour de l’école
  • la mobilité aux abords de l’école
  • la présence d’un local polyvalent pour différents utilisateurs
  • une aire de jeux pour les enfants
  • l’aménagement d’un chemin en mobilité douce (à pied et à vélo) entre le futur espace convivial et l’école
  • l’aménagement  du parking à l’arrière de la salle et de son accès
  • la gestion différenciée des espaces verts (choix d’essences locales) et l’utilisation de matériaux durables

 

Par ailleurs, les projets ne s’arrêtent pas là puisque de nombreux travaux de réfection de voiries seront entrepris, notamment au niveau des rues du Pont, Albert Ier, aux Granges et aux Houx, ou encore Thier d’Olne. L’aménagement et la création de trottoirs dans les rues des Ecoliers et de la Goffe, ainsi qu’au carrefour de la rue Magotte et de la chaussée Freddy Terwagne sont également prévus.

En parallèle, des crédits budgétaires ont été dégagés pour améliorer la sécurité, entre autres aux abords des écoles par le marquage au sol. Les enfants seront également au centre des préoccupations budgétaires, notamment par le remplacement des modules de jeux dans les écoles ou l’acquisition de systèmes mobiles d’air conditionné pour la crèche communale.

Enfin, au-delà de son audace et de son optimisme, le budget 2018 de la Commune d’Engis se veut également prudent, par la constitution de deux provisions. La première prévoit des dégrèvements au précompte immobilier de l’ordre de 203.742,77€. La seconde devrait permettre de verser les primes de fin d’année au personnel en décembre 2018. Pour rappel, à la suite d’une application d’une mesure du plan de gestion, celles de 2017 ne seront versées qu’en janvier prochain. Une bonne nouvelle pour le personnel, donc, et un choix politique posé par les élus de vouloir rattraper au plus vite les désagréments subis par les agents communaux.

 

Budget du CPAS : le social au cœur de l’action et des choix stratégiques

 

A l’instar du budget communal, c’est un budget optimiste et stratégique qui a été présenté dans le cadre de l’assemblée réunissant les conseillers communaux et ceux du CPAS, ce mardi 19 décembre.

Optimiste, par l’équilibre global atteint au niveau de l’exercice global tout en maintenant pour chaque Engissois la possibilité de mener une vie conforme à la dignité humaine, qu’il soit ou non, bénéficiaire du revenu d’intégration sociale.

En 2018, le CPAS proposera les services suivants :

  • Aide sociale générale
  • Insertion
  • Guidances (budget, énergie)
  • « La Diligence » (Taxi social)
  • « À toute vapeur » (laverie, repassage, couture)
  • Initiatives locales d’accueil (ILA)
  • Aide à domicile (aides familiales, distribution de repas)
  • Aide au surendettement
  • Distribution de colis alimentaires

 

La mise en œuvre du plan de gestion mené avec le CRAC prévoyait différentes mesures, comme la diminution des chèques repas et le non-paiement en 2017 de la prime de fin d’année. Comme à la Commune, de bonnes nouvelles pourront être annoncées au personnel grâce à la mise en œuvre de pistes alternatives d’économie et par le développement de synergies entre la commune et le CPAS.

Par ailleurs, Manuel Pena-Herrero, président du CPAS, annonce de grandes avancées en matière d’action sociale. De plus, « malgré les craintes qui ont été répercutées par voie de presse concernant la distribution des repas, nous sommes heureux de pouvoir annoncer que le service est maintenu. Nous avons dû adapter le service de manière à rencontrer les mesures du plan de gestion, mais au terme de plusieurs rencontres fructueuses avec le CPAS d’Amay, nous avons pu prolonger le service ».

Ce mardi, le conseil commun a pu découvrir un projet global d’insertion ambitieux défini comme le choix stratégique majeur de ce budget 2018.

 

 

 

 

Actions sur le document