Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Cadre de vie / Énergie / Comptabilité, cadastre et audit énergétiques

Comptabilité, cadastre et audit énergétiques

Comptabilité énergétique

 

Le suivi permanent de la consommation énergétique du patrimoine immobilier communal permet de :

 

  • Suivre les consommations des bâtiments et les situer dans le moment présent, par rapport à d’autres bâtiments ou dans une perspective évolutive, d’un bâtiment par rapport à lui-même ;
  • Détecter des dérives de consommation et des anomalies de fonctionnement des installations ;
  • Mesurer les effets d’améliorations thermiques apportées aux bâtiments, aux systèmes ou aux conditions d’occupation ;
  • Établir un budget "énergie" et demander des exonérations ;
  • Répartir les consommations d’énergie entre divers occupants éventuels.

 

Un encodage systématique des factures d’énergie est effectué, ainsi qu’un relevé répétitif des index de comptage.

La comptabilité est un outil de gestion énergétique pratique. Elle a également été nécessaire et est poursuivie pour réaliser le cadastre énergétique.

 

Cadastre énergétique

 

Le patrimoine immobilier de l’Administration communale d’Engis est hétéroclite, datant d’avant 1850 à nos jours, ce qui rend difficile une action générale ou répétitive.

Chaque bâtiment a été étudié et des remédiations sont portées individuellement.

Afin d’entreprendre des actions efficientes, l’établissement du cadastre énergétique est indispensable. Celui-ci a été établi en 2008 sur 18 immeubles (2 bâtiments, 1 neuf et 1 rénovation importante y ont été ajoutés) et les bâtisses non chauffées ou dont les données de consommation ne sont pas encore connues/pas à charge de la commune ont été écartées.

La méthode utilisée est celle de l’Université de Mons, reconnue par la Région Wallonne. Elle a permis de classer les bâtiments communaux selon un indice énergétique E : critère estimatif de la qualité énergétique d’un immeuble, et selon un indice énergétique E pondéré : critère quantitatif du potentiel d’économie d’énergie.

Des pistes d’actions ont ensuite été proposées, notamment concernant les besoins de chaleur, mais aussi d’eau chaude sanitaire.

Les actions entreprises font l’objet d’une étude de faisabilité.

 

Conclusions du cadastre énergétique des bâtiments communaux

 

Pour plusieurs bâtiments communaux, la nécessité de prendre des actions en vue d’améliorer la performance énergétique a été constatée. Contrairement aux idées préconçues, ce ne sont pas systématiquement les bâtisses les plus anciennes qui prédominent aux classements des gros consommateurs, ni au meilleur potentiel d’économie d’énergie.

Au vu des indices énergétiques, la salle polyvalente d'Hermalle-sous-Huy était prioritaire pour toute action d’amélioration thermique, de travaux d’isolation de l’enveloppe et des tuyauteries de chauffe ainsi qu’une adaptation en fonction des zones d’utilisation. Son usage polyvalent a rendu la régulation difficile puisqu’elle était nécessairement variable en fonction des activités. Le besoin d’eau chaude sanitaire a pu être partiellement couvert par un apport solaire.

Les écoles Wauters, des Kessales, des Fagnes et d'Hermalle-sous-Huy ont des potentiels d’économie d’énergie élevés.

L’école d'Hermalle-sous-Huy a un indice de consommation énergétique inférieure aux autres bâtiments scolaires, à l'exception de celui de l’école de Clermont-sous-Huy.

L’Administration communale est améliorable, surtout pour la partie ancienne.

Des actions sont également à mener dans les autres bâtiments, mais l’économie réalisée au niveau énergétique est moins importante que pour les bâtiments cités ci-dessus.

Pour les bâtiments prioritaires, un audit énergétique complète ce cadastre énergétique.

 

Audit énergétique

 

Pour connaître ses bâtiments, et avant d'effectuer des travaux de rénovations, la réalisation d'un audit énergétique est indispensable.

Suite à la réalisation du cadastre énergétique, certains bâtiments se sont avérés être de gros consommateurs d’énergie avec un potentiel important d’économie. Ils ont été classés par ordre de priorité.

 

L’audit énergétique permet :

  • Une prise de conscience des performances énergétiques du bâtiment (points forts et points faibles) ;
  • Une prise de conscience de l’impact des gestes quotidiens sur la facture d’énergie (différence entre consommation théorique et réelle) ;
  • De donner des priorités aux améliorations à réaliser ;
  • Une vue claire des critères techniques à demander à un entrepreneur ou au chauffagiste pour procéder à ces améliorations.

 

Pour cibler correctement les travaux adéquats à effectuer au sein même du bâtiment et ainsi optimiser le potentiel d’économie, des audits énergétiques ont été réalisés par un bureau spécialisé sur 5 immeubles à consommation élevée et haut potentiel d’économie : l’Administration communale, l’école Wauters, l’école des Fagnes et l’école d'Hermalle-sous-Huy ainsi que de la salle polyvalente adjacente (hall sportif, vestiaires et douches, réfectoire).

Ces avis énergétiques sont un état des lieux détaillés de chaque bâtiment, tant au niveau de l’enveloppe que des systèmes de chauffage, de production d’eau chaude, de ventilation et d’éclairage. Ils établissent un listing des améliorations par ordre de rentabilité.

Suite aux rapports des audits des bâtiments analysés, la commune d'Engis a entamé une demande de subsides auprès de la Région pour réaliser les travaux prioritaires.

 

Actions réalisées dans les bâtiments communaux (de 2010 à 2018)

 

  • Administration communale : remplacement des châssis sur la partie ancienne.
  • École Wauters : remplacement de la chaudière et adaptation de la chaufferie, isolation des plafonds des classes.
  • École des Kessales : remplacement de la chaudière et adaptation de la chaufferie, remplacement de la toiture, isolation des plafonds et relighting, remplacement des sanitaires.
  • École des Fagnes : remplacement des chaudières et adaptation de la chaufferie, isolation des murs, toitures et sols, remplacement des menuiseries, installation d’un système de ventilation.
  • École d'Hermalle-sous-Huy : remplacement des chaudières (mazout -> gaz) et adaptation de la chaufferie.
  • Salle polyvalente d'Hermalle-sous-Huy : remplacement des chaudières (mazout -> gaz) et adaptation de la chaufferie et placement d’aérothermes, isolation de la toiture.

 

Ces travaux ont été partiellement financés par des subsides de la Région wallonne ou de la Communauté française.

 

Mais aussi :

  • Placement de panneaux photovoltaïques sur le toit de la salle d'Hermalle-sous-Huy et études énergétiques de bâtiments communaux dans le cadre de 31 communes au soleil, projets cofinancés par la RW, le FEDER et la commune d'Engis.
  • Remplacement de la toiture (charpente et couverture) avec isolation de l'Administration communale et remplacement des systèmes de climatisation (partie ancienne).



Résultats chiffrés des travaux

 

2010

 

  • À l'école d'Hermalle-sous-Huy, le remplacement de la chaufferie en 2009 (chaudières au mazout par des chaudières à gaz et installation d'une régulation) a permis d'économiser 37% de combustible en 2010 par rapport à la consommation de 2008 (calcul en consommation normalisée).

 

2015

 

  • Le remplacement de la chaufferie et l’isolation des plafonds de l’école Wauters a permis d’économiser 33 % d’énergie l’année suivant les travaux. Pour les années suivantes, 30 % d’économie d’électricité et 16 % de combustible de chauffage sont constatés.
  • La rénovation de l’école des Fagnes a permis d’économiser 43 % de combustible de chauffage (moyenne sur 3 ans sur consommations normalisées).
  • La salle d'Hermalle–sous-Huy a vu sa consommation de gaz pour le chauffage et l’ECS diminuer de 71 % après isolation du toit et remplacement de la chaufferie, du système de chauffage de l’eau sanitaire et des émetteurs (moyenne sur 3 ans).

 

2017

 

  • À l'école des Kessales, les travaux ont permis une économie de 60 % de combustible (sur base des années 2012 et 2013) sur une seule année. Au niveau de la consommation électrique, une diminution de 41 % est constatée après les travaux.
Actions sur le document